dimanche 25 décembre 2011

Joyeux Noël mes amis (es) Mariève Tremblay vous envoie ceci :

Je vous envoie ma chanson préférée chantée par John Lennon

 
Joyeux Noël dans la paix
 
 
 

jeudi 15 décembre 2011

Une nouvelle drogue mortelle arrive en Europe elle s'appelle : Crocodile

La drogue «Crocodile» s'injecte comme l'héroïne, mais a des effets encore plus dangereux et est mortelle à brève échéance.

La drogue «Crocodile» s'injecte comme l'héroïne, mais a des effets encore plus dangereux et est mortelle à brève échéance. Après avoir fait des ravages en Russie, la drogue «Crocodile» vient de faire son apparition en Europe de l'Ouest. Découverte en Allemagne, les autorités mettent en garde contre les dégâts provoqués par cet ersatz de l'héroïne qui peut tuer dès la première injection.

La peau d'abord se nécrose, se transformant en plaques verdâtres ressemblant au cuir du crocodile. Puis la chair et les muscles se décomposent, les organes sont attaqués, les os fragilisés de façon irréversible. L'effet psychique de la drogue par contre se dissipe au bout de deux heures, ce qui pousse le consommateur à s'injecter plusieurs doses dans la journée. L'espérance de vie des utilisateurs atteint rarement trois ans, la plupart meurt au bout d'un an. Pour certains, la première injection est mortelle. Selon les chiffres officiels, 100.000 jeunes au moins sont dépendants à la «Crocodile» en Russie, où la drogue est apparue en 2002.

La drogue serait arrivée en Allemagne cet automne, d'abord dans les milieux proches de la frontière est, où se trouvent de grandes communautés russes. Mais elle a aussi atteint l'ouest du pays. Des gens se sont présentés aux urgences de la ville de Bochum, dans la Ruhr, avec des marques sur la peau identiques à celles provoquées par la «Crocodile». Ces malades ont raconté avoir cru acheter de l' héroïne à un dealer à la gare centrale, avant de paniquer à la vue des dégâts sur leur épiderme.

Une drogue bon marché et facile à fabriquer. La «Crocodile», de son vrai nom désomorphine, se fabrique en effet à partir d'un ingrédient présent dans toutes les pharmacies : la codéine, qui est un dérivé du pavot et appartient à la famille de la morphine, se retrouve dans les produits contre la toux et même dans certaines médicaments antidouleurs comme le Dafalgan Codeine ou le Paracétamol Codéine. La désomorphine a été inventée dans les années 30 aux États-Unis par des chercheurs qui essayaient de trouver un anti-douleur qui provoque moins de dépendance que la morphine. Malheureusement, la désomorphine s'est révélée être bien pire. Pour la fabriquer, les drogués russes achètent des pastilles de codéine, qui sont en vente libre, les chauffent avec entre autre de l'essence, de l'iode et du phosphore récupéré sur des têtes d'allumettes. La dose revient à quelques euros, 20 fois moins que pour l'héroïne.

Mon dieu...est-ce réellement possible? Vous avez lu ceci? J'arrive pas à le croire comment un être humain puisse créer une telle chose mortelle. (La peau d'abord se nécrose, se transforme en plaques verdâtres ressemblant au cuir du crocodile) Une amie m'avait parlé de cette nouvelle drogue et je n'arrivais à imaginer que se soit vraie...à mon grand regret, suite à mes recherches comme vous pouvez le constater...c'est bien réel!

Je voudrais que ces saloperies disparaissent de la surface de la terre.

Le salaire minimum passera à 9,90$ au Québec

Pour votre info:

Le taux du salaire minimum au Québec sera haussé une nouvelle fois le 1er mai prochain,
passant ainsi à 9,90$ l'heure.



mercredi 14 décembre 2011

Réaliser un rêve

On commence très jeune à avoir des rêves...on rêve de devenir chanteur, auteur, drummer, médecin...on rêve, tout le monde rêve. Le pourcentage des gens qui rêvent versus le pourcentage des gens qui réalisent leurs rêves est minime, malheureusement.

La vie passe si vite, mais on nous dit cela à 20 ans et on trouve ça bien drôle et sans aucune signification, pensant qu’on a des millions d'année devant nous, mais on se réveiller vite à 30 ans passé et on se demande où sont passées toutes ces années!

Trop peu de gens réalisent leur rêves, car très peu de gens font ce qui faut, trop peu de gens gardent foi en leur rêve, en leur but, parce que c’est extrêmement difficile de trouver le temps, l’argent, les opportunités pour réaliser tout ça à travers le travail, la famille, les comptes à payer, les responsabilités…Ça va à vive allure.

Réaliser un petit quelque chose chaque jour, avancer d’un tout petit pas chaque jour vers notre rêve nous mènera un moment ou un autre directement à la réalisation de ce même rêve. C'est une loi de la vie auquelle je crois.

C’est si facile de baisser les bras, c’est si facile d’oublier, de désespérer…d'abandonner…

Vous savez quoi? Je crois que c’est possible de réaliser nos rêves, oui, c’est possible.

vendredi 9 décembre 2011

Muy bonita senorita Hé! Vive Rico! Stéphane Rousseau! Thérapie par le rire! Mariève Tremblay raffolle de Rico!

 
Muito engraçado meu amigo, migna amiga : Listen that, it's so Goog!
 
 
Cliquez sur ce lien:
 
 


Vous voulez rire un bon coup ce matin?

Écoutez Stephane Rousseau dans son personnage légendaire, selon moi, de Rico! C'est magnifique! Très très drôle!

" Yé les respecte énormément" Muy Bonita senorita Hé! "
 
OLÉ!
 
J'Adore :)
 
bonne journée
 
Mariève
 

jeudi 8 décembre 2011

Vous connaissez Ayrton Senna? Mariève Tremblay a été profondément touchée par son histoire qu'elle vous partage...



AYRTON SENNA
 
    

 

 

J'ai entendu parlé de cet homme pour la première fois il n'y a pas si longtemps, n'ayant jamais été une adepte de coures de Formule 1, il est normal que son histoire n'était pas venue jusqu'à moi! 
 
J'ai été complètement séduite par cet homme, par son histoire un certain soir en écoutant un documentaire sur sa vie. Il n'avait que 34 ans, il avait mon âge quand sa vie s'est écrasée contre un mûr de béton pendant qu'il faisait ce qu'il aimait le plus au monde : La course de Formule 1. On dit que c'était le plus charismatique et le plus grand des pilotes. J'ai appris qu'il était aimé à travers le monde et surtout acclamé et vénéré des gens de son magnifique pays d'origine, le Brésil. Son histoire m'a émue, c'est pourquoi j'aimerais vous la partager. Voici les infos trouvées pour vous et ce qui a été les derniers moments de sa vie.

En 1994, Ayrton Senna, triple champion du monde, est perturbé, il a un mauvais pressentiment sur la  course, le trajet, la protection nécessaire sur les virages trop coupés... Il sent que quelque chose de dramatique va se produire, il ressent quelque chose de différent. Cela le rend extrêmement inquiet, soucieux, et c'est  comme s'il sentait que sa fin approchait, c'est pas croyable! D'autant plus que Rubens Barrichello avait connu un grave accident peu avant sur la même piste. Juste avant son départ, Ayrton Senna s'était même réconcilié avec son « ennemi » de toujours, Alain Prost. Comme si, au fond de lui, Senna savait ce qui allait se passer. Il a fait des choses qui d'ordinaire ne faisait pas ou ne disait pas avant une course, comme si un voix lui murmurait à l'oreille que son temps était finit sur terre....Au septième tour de course, la Williams Renault du Brésilien tire droit vers le mur. Dans la violence du choc, un élément de suspension se brise, agissant comme une lame pour le blesser mortellement à la tête. Ce trajet extrêmement dangereux avec un manque de précautions, aura coûté la vie à un homme remarquable et tous les autres qui l'on suivi dans cette course meurtrière.
 
Ce jour là, Senna a sûrement rejoint Jim Clark, Graham Hill et Gilles Villeneuve... Paix à leurs âmes. Eux, et tous ceux que Ratzenberger et Senna sont venus rejoindre en ce terrible week-end. Car la Faucheuse a eu le sinistre besoin de nous rappeler que dans les sports mécaniques, le risque zéro n'existe pas. Ce n'était pas qu'un simple passage de sa part, ce week-end là ; c'était une rafle. La Rafle d'Imola. La Mort a frappé par deux fois : l'un était un néophyte, l'autre une légende. Elle nous les a enlevés, comme ça, brutalement. En enlevant Senna, c'est aussi une part de la F1 que l'on enlève. Une page de l'Histoire de la F1 que l'on déchire. Senna, ce n'était pas qu'un simple champion du monde. C'était une star, une icône, une légende et un homme aimé de tous. Il faisait partie de ces pilotes comme on en voit pas souvent.

Il avait trouvé l'alchimie parfaite entre talent, charisme et arrogance. Senna avait ce « truc » en plus. Ce « truc » que l'on ne saurait expliquer, mais qui fait qu'on l'aime, tout simplement. Il avait ce charisme qui lui permettait de faire accepter la démesure de son comportement. Le pilote idéal, un modèle pour tous. Un défaut ? Celui de vouloir atteindre la perfection. Senna était sans limite. Alain Prost disait de lui qu'il avait un problème : il se croyait invulnérable. Ayrton Senna répondait qu'il était là pour gagner, que s'il y avait une brèche pour dépasser, un vrai pilote devait y aller. Oui, Ayrton Senna était un drôle de bonhomme, un mec comme il n'en tombe pas souvent sur Terre. Mais Senna n'avait pas les pieds sur Terre. Il disait toujours qu'il avait encore beaucoup à apprendre, qu'il avait le temps. Le temps ne lui a pas laissé. Et il y a 17 ans, il est parti, sans que nous puissions lui dire toute l'admiration qu'il nous inspirait. A nous de faire perdurer sa légende.

Il restera toujours dans nos cœurs, voici une phrase dite à travers le monde.

Un hommage bien mérité.

Mariève vous souhaite une bonne journée